Home » innovazione » Écrans, transparence, populismes. Université Jean Moulin, Lyon 3
innovazione media partecipazione Post ricerche

Écrans, transparence, populismes. Université Jean Moulin, Lyon 3

notes de travail (traduction automatique)

Vedi: Gli occhi dell’umanità

Le couteau

Est-ce le couteau qui tue, ou la main qui le pousse dans le côté de quelqu’un d’autre ?

La technologie n’est pas neutre, mais elle n’est même pas la cause du succès d’une idéologie particulière. Elle peut être corrélée et trouver avec une idéologie une sorte de terrain d’entente pour le développement. En fait, elle fait partie des conditions préalables, mais puisqu’elle change à son tour, elle fait aussi partie des conséquences. On peut alors reconnaître une dynamique de convergence, entre ce qui soutient le développement d’une technologie et ce qui soutient le développement d’une idéologie.

À une époque d’accélération technologique et de restructuration idéologique, la complexité devient palpable.

La technologie fait partie intégrante de la culture. Ce n’est pas seulement un outil et ce n’est pas seulement un pouvoir. Ceux qui le produisent se croient souvent neutres : imaginez simplement le rendre disponible à la volonté des autres. L’innovation déplace certes les limites du possible, mais pas dans le sens unilatéral qu’elle élargit les espaces de liberté : parce que le contexte qui adopte une innovation est tout aussi important que l’innovation elle-même et peut la transformer en un outil de sélection qui pour les uns libère et pour les autres asservit. Elle libère certaines dimensions de l’être humain et en ferme d’autres.

Il s’agit d’un système complexe. Une écologie des médias est parfaitement possible. Il inspire la recherche sur le rôle des médias dans l’histoire avec une approche évolutive. Les gens et les communautés vivent dans un créneau éco-culturel, ils s’y adaptent. Les changements technologiques et les récits idéologiques, cependant, génèrent sans cesse des changements possibles dans les limites du créneau écoculturel. Parfois, il s’agit d’améliorations. D’autres fois, ce sont des changements de paradigme.

S’il y a une idéologie intrinsèque de la technologie, c’est celle qui nous porte à croire que “la prochaine version sera toujours meilleure que la précédente”. En technologie numérique, cette idée, disons commerciale, devient une idéologie systémique grâce à la “loi de Moore” qui prétend que la capacité de traitement des ordinateurs croît à un rythme exponentiel sans que leur prix augmente autant. Cela signifie non seulement que la prochaine version sera meilleure, mais aussi qu’à l’avenir, toutes les améliorations seront possibles. Chaque innovation améliore le monde. Tout changement de paradigme est un progrès.

C’est une idéologie nécessaire à l’adoption d’innovations qui parfois ne s’avèrent pas aussi bénéfiques à première vue, du moins jusqu’à ce qu’elles soient adoptées par de nombreuses personnes et communautés.

C’est un avenir souhaitable. Elle cache l’ignorance des conséquences non désirées.

L’innovation technologique ne peut toujours être associée au progrès que si elle est considérée comme un phénomène linéaire : si elle est conçue comme faisant partie d’un système complexe, elle cesse toujours d’être jugée comme progrès et s’inscrit simplement dans la dynamique historique.

Si tout cela est vrai, alors la relation entre le développement d’une technologie et le développement d’une idéologie peut au mieux être le résultat d’une dynamique historique convergente.

Le problème de l’innovation technologique doit être adopté. Le problème de l’idéologie est de convaincre. Si à un certain moment de l’histoire, certains mots sont utilisés pour adopter une technologie et une idéologie, une convergence apparaît.

Aujourd’hui, nous voyons une convergence entre les mots d’ordre de certaines technologies et idéologies : transparence, désintermédiation, participation de tous. Quelle est sa structure ? À quel point c’est conjoncturel. Combien de temps ça va durer ?

Au troisième millénaire, en Occident, l’Internet a été adopté sur la base d’une idée de connexion de tous, d’accès au savoir, de désintermédiation des pouvoirs traditionnels. Mark Zuckerberg a pu dire que la protection de la vie privée est une norme sociale dépassée (2009) et, sur la base de cet avis, il a construit sa plate-forme.

Le saut novateur actuel est d’exploiter la quantification de la vie humaine : l’intelligence artificielle et les grandes données feront de plus en plus partie de l’environnement dans lequel la vie personnelle et communautaire se développe. Ils montrent une automatisation des activités répétitives et, dans certains cas, objectivent le jugement sur certaines questions importantes, telles que la solvabilité et la probabilité de récidive des anciens détenus. Mais les algorithmes qui régissent ces développements ne sont pas transparents. Et la centralisation de l’énergie dans les grandes plateformes d’aujourd’hui est de plus en plus discutable.

Chaque projet technologique contient les valeurs de ceux qui le conçoivent, l’exécutent et l’interprètent. Chaque projet technologique montre ses fonctions et cache les structures culturelles profondes qui motivent sa conception, son fonctionnement, son adoption. Tant que l’entraînement vient du concepteur, les valeurs fonctionnelles prévalent : lorsque l’entraînement essentiel vient de l’adoptant, les valeurs de contexte prévalent.

C’est pourquoi nous devons observer comment Internet lui-même est adopté par les populistes et technocrates européens, par les techno-financiers américains,

C’est pourquoi nous devons observer comment Internet lui-même est adopté par les populistes et technocrates européens, par les techno-financiers américains, par les technopopopulaires chinois. Si les grandes plates-formes sont structurelles, vont-elles converger avec toutes sortes d’idéologies qui prévalent à un certain moment de l’histoire ?

Frank Pasquale, The Black Box Society: The Secret Algorithms That Control Money and Information, Harvard University Press 2015

Le peuple

Décembre 2016. Newt Gingrich parle à Alisyn Camerota de Cnn. Le journaliste cite des statistiques du FBI qui montrent que la criminalité en Amérique est en forte baisse depuis des années et, sur la base de ces données, conteste les affirmations des républicains qui accusent les démocrates d’avoir fait peu pour la sécurité des Américains. Gingrich répond que les Américains ne pensent pas comme vous. Le journaliste insiste pour citer les données. Gingrich dit que ce que les Américains ressentent est différent. Les statistiques citées par le journaliste sont des faits, mais même ce que les Américains pensent être des faits, dit Gingrich. “En tant que politicien, je suis du côté des sentiments du peuple américain. En tant que journaliste pour Cnn, vous pouvez être avec vos experts en théorie.

Faits perçus et faits documentés. Les premiers sont des faits qui découlent de la communication et les seconds sont des faits qui doivent être communiqués et compris. Les premiers peuvent être manipulés par la technique de communication. Les seconds peuvent devenir obscurs pour ceux qui ne comprennent pas la théorie scientifique qui les motive et les documente.

La science, le système des experts, peut être considérée comme faisant partie de l’establishment, surtout si elle contredit ce que les démagogues disent pour plaire à leur public.

Le populisme est contre la technocratie si la technocratie repose sur une théorie qui ne s’adapte pas au changement (par exemple, la rigidité de la politique budgétaire et monétaire en période de forte récession et de crise financière). “Ce que les gens perçoivent” est contre la vulgate de la science qui se cristallise en convictions qui deviennent des tabous politiques.

(Le cas de Brexit au Pays de Galles, dont Carole Cadwalladr a parlé sur The Guardian) https://www.theguardian.com/uk-news/2016/jun/25/view-wales-town-showered-eu-cash-votes-leave-ebbw-vale

Il existe de nombreuses façons différentes de voir la relation entre les médias et le populisme

1. Les médias créent le récit que le populisme se charge ensuite de représenter (C’est peut-être le cas de Gingrich à l’époque de Facebook et de Cambridge Analytics, mais c’est peut-être aussi le cas de Berlusconi avec sa télévision.)

2. Les médias deviennent la réalité que le populisme se charge ensuite de représenter ou de changer (Facebook, Google, Amazon, Uber, Goldman Sachs… Le médium c’est le message. Et dans ces médias, le message est celui d’une parfaite transparence, d’une concurrence parfaite)

3. Les médias considérés comme la méthode pour changer le système démocratique et créer des perspectives révolutionnaires ou progressistes. (L’utopie de John Perry Barlow. La démocratie directe des pirates ou 5 étoiles. Et, au contraire, la possibilité de construire des plateformes pour l’inclusion sociale, pour l’égalité économique, pour la coopération)

La médiation

Il n’y a pas d’alternative (Margaret Thatcher). Uber e Wired. La disintermediazione come ipotesi.

Il y a une idéologie de la technologie. Indépendamment des idéologies de ses utilisateurs. La prochaine version d’une technologie sera meilleure que la précédente (il suffit de s’adapter à cette dynamique, il faut donc attendre la prochaine version et l’adopter). Le progrès technologique comme base d’une idéologie technocentrique finanziaria ou d’une utopie populaire?

Le progrès technologique peut avoir une pénétration structurelle dans l’histoire et ainsi gagner une durée significative. Si les modes idéologiques ne sont pratiquées que par des gens qui savent bien utiliser les technologies, elles ne durent pas très longtemps. Le problème de la convergence entre le populisme et la technologie numérisée est d’évaluer lequel des deux est structurel. Il s’agit probablement d’évaluer lequel des deux est instrumental à l’autre.

Le lien historique le plus fort entre la technologie numérique américaine et une idéologie est certainement l’idéologie financière.

L’ambiguïté de l’idéologie technologique par rapport aux pierres angulaires du populisme est évidente : le mythe fondateur de la technologie est qu’elle est réalisée par de grands visionnaires, experts en technologie, innovateurs hors du commun ; mais l’idée qu’ils proposent de faire adopter, au moins au début, est que la technologie libère les forces créatrices de tous, comprimées par les pouvoirs antérieurs (l’adoption a lieu par imitation). L’effet de réseau est puissant lorsqu’il est initié, alors qu’au début il y a un besoin d’une autre motivation et une idéologie qui combine une technologie à une dynamique libératrice est toujours une bonne solution.

Le populisme est également ambigu dans ses relations avec la technologie et les experts. Il vise à faire tomber les experts, la finance, les banques et tous les centres de pouvoir traditionnels. Mais elle se divise ensuite en deux parties : d’une part, elle croit en l’État et en l’aide qu’il peut offrir à la population dans le besoin, d’autre part, elle croit au libre marché et à la capacité des entrepreneurs à faire leur chemin en créant des emplois dans un contexte moins étatique et moins imposé. Il utilise les technologies disponibles sans scrupules. Mais elle ne se fixe pas pour objectif de les rendre accessibles à tous : seulement aux avant-gardes qui soutiennent le mouvement. Lorsqu’elles doivent être adoptées, les idéologies populistes regroupent toutes les instances anti-pouvoir et utilisent également la technologie comme une fonction propulsive vers la démocratie directe : lorsqu’elles sont au pouvoir, elles ne traitent pas beaucoup cet aspect. Ils durent s’ils interceptent les signes des temps les plus profonds, peut-être que le libéralisme et l’étatisme sont encore des points de référence essentiels pour lire la durée de ces mouvements.

Mais la technologie est en train d’être redessinée et ouvre constamment de nouveaux cycles. Le pouvoir conquis uniquement par les moyens de communication est rapidement perdu.

La convergence du populisme et des plates-formes qui perturbent les anciens centres de pouvoir est évidente au début du processus d’adoption. Moins évident lorsque le populisme est au pouvoir ou lorsque la plate-forme a un grand nombre d’utilisateurs.

Les plates-formes ont déjà une grande puissance. Le populisme vient d’arriver. Contre les plates-formes, l’Europe est placée dans la clé des droits de l’homme. Les populistes ont tendance à défendre des programmes qu’ils considèrent évidemment comme leurs alliés dans la lutte contre les technocraties.

La désintermédiation conduit à une réintermédiation, comme une révolution contre un pouvoir mène tôt ou tard à un nouveau pouvoir. La transparence, c’est la libération, mais c’est aussi la soumission. Et entre le populisme et les technologies numériques, il y a une convergence à court terme.

1 Commento

Clicca qui per inserire un commento

  • […] È un passaggio nel quale si dimostra incolmabile la distanza tra chi analizza i fatti per ipotizzare in modo razionale un modo per interpretarli da una parte e, dall’altra parte, chi si basa su credenze diffuse. Ma la crescita della superstizione è anche motivata: in politica effettivamente conta quello che le persone sentono. E le persone sentono quello che a loro arriva da un complesso insieme di segnali, fatti di realtà e di racconto. In un periodo di successi, quello che i teorici calcolano può andare bene. In un periodo di difficoltà, quello che i teorici studiano deve in qualche modo aggiustarsi alla realtà. Se resta troppo rigido, rischia di finire nel mirino di chi non apprezza. E una retorica che connette la ricerca teorica all’establishment diventa vincente (LDB à Lyon) […]

Luca De Biase

Knowledge and happiness economy Media and information ecology

Video